Chicago Steering Committee

The Chicago Paris Cabaret Connexion was founded by Claudia Hommel, Elizabeth Doyle and Lynne Jordan. Kat Victoria helped Claudia and Elizabeth lead the delegation of a dozen singers to Paris. Natalja Aicardi, Barb Smith, Roxane Assaf-Lynn and Cappy Kidd offered essential assistance in coordination, recruitment and fundraising.
For 2018, we begin with four coordinators—Greta Pope, Rebecca Toon, Claudia Hommel, Elizabeth Doyle—with the assistance of Lydia Stux, Barb Smith and Cappy Kidd.

Participants 2017

Italian theater creator, dancer, singer, teacher and reiki healer, Natalja Aicardi has worked as choreographer for musical theater, new operas and children’s theater, for the Theater Building Chicago, Caffeine Theater, Stockyard Theater Project, Chicago Opera Vanguard, Chicago Fringe Opera and Northwestern University. In 2014, she was the recipient of the Chicago Department of Cultural Affairs “In The Works” Residency at the Chicago Cultural Center and developed/performed her own original work.

Natalja graduated from the School For Theater Creators in Chicago. Dancing both on stage and film, she has devised and performed physical theater mask works for IO Theater, Stage 773, Revival Theater and Navy Pier. She has also sung with Alan Gresik’s Swing Shift orchestra at the Green Mill Jazz Club and the Chicago Summer Dance Festival. She dances for Lin Shook’s Perceptual Motion Inc. Most recently, she has written, performed and directed a solo physical cabaret based on the legend of the Selkie (the seal woman).

www.nataljaaicardi.com

Coralie Arguel is from Sète and is half of the duo, The Blue Vulvettes, with Sabrina Kerfah. She is a writer, poet, ukulele-player, songwriter and singer.


http://www.bluevulvettes.com/

blue.vulvettes@gmail.com

As Sue tells it, “I have been a singer most of my life but mostly without an audience. I am always singing (mostly Broadway and Standards); if I hear someone speak a phrase that I know in a song, I can’t help but start to sing. I have appeared in several community theater productions, and in the past couple of years, I have expanded my experience to include singing for an audience. I have been working with Claudia Hommel in her SongShop for a few years, and this has had wonderful benefit and impact on my progress. I have had a handful of performances at senior and rehabilitation centers, and I perform at karaoke venues from time to time. While in Paris in April 2017, I performed the French lyrics I wrote to the song, “It Had to be You,” at Café Universel.”

American ex-pat, Jill Danger, has lived in France for decades. A musical impresario, she was instrumetal in organizing Claudia Hommel’s “Singers Jazz Workshop” in 2014 and 2015.

NathalieDechezlepretre performs

Parisian Nathalie is a singer and accordionist. Her repertoire includes traditional and modern French songs.

The magnet for many years at Chicago’s famed Pump Room, singer-pianist-composer ELIZABETH DOYLE has created, performed in, and often music directed an array of shows at Chicago’s major cabaret rooms and theaters. A featured guest on Marian McPartland’s NPR program Piano Jazz, Doyle’s compositions have been featured in New York ASCAP programs, at the Paradiso in Amsterdam, and at Disney/ASCAP in California. Her musicals include Sleepy Hollow, Fat Tuesday, Alice In Analysis, Burnham’s Dream, Treasure Island, and Duo. She has two CDs: Elizabeth Doyle and Time Flies. “Elizabeth Doyle is one of Chicago’s most captivating performers.”—NPR Piano Jazz
Elizabeth will lead the November 2 Songwriters Connexion concert and performs for several Razzle Dazzles. www.elizabethdoylemusic.com.

Deborah grew up in a musical family of five sisters and remembers fighting over whose turn it was to play the piano. All five “Good” girls blossomed into musicians and performers. Deborah enjoys singing and accompanying herself in a variety of styles, and names Edith Piaf and Carole King as her inspirations. A linguist who enjoys speaking and singing in both French and Spanish, Deborah has performed in several countries including Switzerland, the Netherlands, and Chile. Although she has been to Paris eight times, this is her first time there as a “chanteuse.” She is thrilled to experience the world of cabaret in the place of its birth.

Carrie joined Claudia Hommel’s SongShop in September 2010 after retiring from her position as a Staff Attorney with the U.S. District Court. Since then, she has appeared in shows at Cyrano’s Bistro, the Jazz Showcase, the Daystar Center, DePaul School of Music, and Piano Forte. She also performs in Claudia’s Sunday Salon Series. Carrie made her debut at Davenport’s Piano Bar and Cabaret in the Chicago Cabaret Professional’s 2011 Holiday Cabaret and appeared in CCP’s Strut Your Stuff in 2014. She performed in the Rotary Near South’s benefits Broadway on the Cusp! in 2013 and in Broadway for the Hoi Polloi in 2014. In November 2013, Carrie performed her one-woman show Songs in the Key of Oz at the Daystar Center. She sings in the University of Chicago Chorus and serves on the Board of the Chicago Children’s Choir. She was President of the International Wizard of Oz Club for the past seven years.

Claudia Hommel brings to student and adult singers more than four decades of stage and song career. She approaches each student and each song with insights and energy that come from her own studies with international singer Martha Schlamme, actor/director Alvin Epstein, music director Steve Blier, voice teachers Roberta Vatske (New York), Carolyn Grimes (Detroit), and recently Stephen Smith (Northwestern), Elisabeth Howard and Christine Steyer; Art Song sessions led by Dalton Baldwin, various Shakespeare workshops with John Basil and Stratford Players of Ontario, Meisner technique studio work, and modern dance with Norma Carter and Harriet Berg in Detroit.

Premier prix de chant à l’unanimité et 1er prix de musique de chambre au CNR de Boulogne Billancourt, Diplôme d’Etat de technique de chant (ARIAM).

Nathalie Joly travaille notamment sous la direction de Philippe Adrien dans les Rêves de Kafka et Ké voï, Thierry Roisin Les pierres d’après Gertrude Stein, Michel Rostain et le GRAME Jumelles et Silent twins, Maurice Ohana et Antoine Campo Le mariage sous la mer, Alain Françon La vie Parisienne d’Offenbach avec l’Opéra de Lyon, G. Tiberghien et Eric Lareine Opéra Nostra, Maurice Durozier Brûleur de planches, Désirs de mer , La calma de la mar , Cabaret ambulant , David Jisse La petie pôle nord, Christian Sebille Chambre d’indiscrétion et Alleluiah, Philippe Legoff Aqua, Lisa Wurmser Marie des grenouilles de Jean Claude Grumberg, La bonne âme du Set chouan de Brecht, Olivier Benezech Le violon sur le toit, Simon Abkarian Chansons sans gêne….
Nathalie Joly a tourné au cinéma avec Emmanuelle Cuau (Circuit Carole) pour la télévison avec Stéphane Millière (Mona Lisa de Canal+) ou Alain Tasma (La fracture), et prochainement avec Joël Farges (Campo amor)

Nathalie Joly réalise des spectacles musicaux:
* Je sais que tu es dans la salle sur Sacha Guitry et Yvonne Printemps, en collaboration avec Pierre Danais au Théâtre de la Potinière , mise en scène de Lulu Menasé.
* Surabaya trio au Théâtre National de Chaillot, répertoire Kurt Weill.
* J’attends un navire – Cabaret de l’exil autour de Kurt Weill, avec Jacques Verzier (Création au Théâtre de la Tempête)
* Cafés cantantes chansons de superstitions mise en scène par Maurice Durozier
* Résidence de création Trianon Transatlantique Sotteville-les-Rouen- “Paris-Bukarest” sur la roumaine Maria Tanase
* Résidence de création à l’Institut français de Casablanca, label Francophonie.
* Tournées Afghanistan, Roumanie, Maroc, Portugal, Espagne festival de Otono Madrid, Brésil (Label année de la France au Brésil), France, etc.

Nathalie Joly a écrit et créé une TRILOGIE sur Yvette Guilbert
* 1er épisode Je ne sais quoi d’après la correspondance inédite entre Yvette Guilbert et Freud, créé à la demande de la Société Psychanalytique de Paris au Théâtre de la Tempête à Paris, puis tournées nationales et internationales
* 2ème épisode En v’là une drôle d’affaire sur la seconde carrière d’Yvette et son art du parlé chanté, mise en scène Jacques Verzier. Créé en 2012 au Théâtre de la Tempête à Paris puis tournées nationales et internationales
* 3ème épisode Chansons sans gêne mise en scène Simon Abkarian. Création en résidence en mai 2015 au Théâtre de Lenche à Marseille, au Théâtre La Piscine /Firmin Gémier Chatenay Malabry, au Théâtre de la Tempête Cartoucherie mai 2016.

Elle a réalisé une carte blanche Diseuses sur le parlé chanté d’hier à aujourd’hui avec de jeunes rappeurs Marseillais.Elle réalise avec Jacques Verzier l’une exposition sur Yvette Guilbert Diseuse fin de Siècle : Marseille 2013. Elle y ébauche la création Diseuses créée au Toursky en novembre 2015.

Le Musée d’Orsay lui confie pour l’ouverture de l’exposition Splendeurs et misères, images de la prostitution 1850-1910, la création d’un spectacle : Café Polisson créé en spetembre 2015 au Musée d’Orsay à Paris.

Elle a réalisé le film TASHAKOR, documentaire 26mn sur Kaboul (Festival dédié au femmes Iraniens en exil Cinéma la Clef à Paris, Théâtre du soleil festival de théâtre Afghan, Exposition Malalaï Paris 7eme, Fortaleza au Brésil Teatro José de Alencar….)

Nathalie Joly dirige des stages autour de la chanson française et de la voix parlée chantée en France : de 2006 à 2012 à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts du Cirque de Chalon en Champagne, au CFMI de Lyon… et à l’étranger : Instituts français de Fès-Meknès , Rabat , Marrakech, et Casablanca au Maroc. Au Forum franco-allemand de Bayreuth en Allemagne, Alicante en Espagne, Kaboul en Afghanistan: Théâtre National Kaboul nandari et Université des Beaux Arts de Kaboul pour le 2ème festival Afghan du théâtre, Université de Barballa (Brésil Céara), Alliance française de Sao Paulo (Brésil), Chiclayo (Pérou), Natal (Brésil) ….

Elle a fait la direction vocale des musiques de Peter Ludwig dans La Bonne âme du Setchouan et de La terrasse en sous sol de Patrick Sommier (MC 93) et encadré la réalisation du spectacle de l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Chalon en Champagne au Festival d’Obernai.

Elle a réalisé des CD : Cabaret ambulant (Voyageurs de la nuit), Jumelles (Forlane), Cafés Cantantes (Marche la route), Paris Bukarest (rue stendhal), coffet CD livre : Je ne sais quoi sur Yvette Guilbert et Sigmund Freud (Seven Zik / Marche la route) – DVD La vie Parisienne (Opéra de Lyon), En v’là une drôle d’affaire sur Yvette Guilbert. www.marchelaroute.free.fr

Mary has been singing since she was a child in choirs and whenever the opportunity presented itself. Her first starring role was singing “People” on the high school stage. After graduating from the University of Illinois, she worked for the U.S Congress. Aside from singing at weddings and piano bars, her career on Capitol Hill led to performing with the political satire group “The Capitol Steps.” During her “15 minutes of fame” with the group she performed on radio and TV and for many dignitaries and politicians including President George H.W. Bush. Since moving back to Chicago and then retiring from her government job in international trade, she has returned to singing and taking classes at the Old Town School. She looks forward to singing the songs she loves in Paris.

SabrinaKerfah bw headshot

Sabrina Kerfah (A.K.A. Saf Feh) hails from Sète and is half of the duo, The Blue Vulvettes, with Coralie Arguel. She is a full-time singer-songwriter.

Une voix, des cordes et de la peau tirée sur laquelle on frappe. Un trio ou quartet qui fusionne convictions et mélodies.C’est avec deux langues que Saf Feh raconte d’où elle vient et vers où elle va….Arabo/Franco.
https://soundcloud.com/user-90049213

saf.fehsab@gmail.com
youtube.com/channel/UCChFDblGD0aXXsp5L-gH2RQ

Originally from Chicago, Courtney has lived in France for decades. She is a journalist, translator and subtitler for the French film industry.

Mylène Launay is a French actress, dancer, street and cabaret singer, and musical composer. She joins the CPCx Chicago conference as performer, round-table participant and French team coordinator. She worked in tourism and entertainment in London and Spain, meeting English and Spanish actors for international exchanges.
She received professional training in classical-dance, modern-jazz, tap dance, flamenco at the International Dance Acaemdy in Paris (AID). Trained by accordionist Christian Bassoul in the repertoire of French “realist songs,” she has hosted with him a weekly street ball at rue Mouffetard. They perform cabaret events in Paris and at the “Rhythms of the World” Festival in Hitchin (UK) in 2007.
For the opera troupe ”Operacademy.” she was chorister and choreographed several operettas including Offenbach’s “La vie parisienne.” Her passion for Argentine tango led her to Buenos Aires, where she studied with maestros Galera, Vega, Copello and Dinzel.

She added musical comedy to her career by training at International Academy of Musical Comedy (AICOM) and the Jean-Laurent Cochet theater class. Mylène wrote her first musical, IN VITRO, in 2015.

She joined forces with Claudia Hommel to organize the first Chicago Paris Cabaret Connexion in Paris. Since then she has been very involved in the exchange between the two countries to help Cabaret be alive.

Sarah is a native Parisian. She is a published author, painter, as well as a singer.

Pascale is a French singer-songwriter. She sings jazz, blues, bluegrass, American rock and roll, and standards. Her stage presence has been described as welcoming and tender, with unexpected wordplay and lyrical twists.

This grande dame, an artist with an impressive biography, is above all a woman who fascinates and whom we listen to with passion. Her diction is remarkable, her voice captivating, and her energy positively contagious!
Marie-Thérèse has very kindly accepted to support our project by joining our first exchange of the Chicago Paris Cabaret Connexion! She will be able to share with us her feelings about the work, tell us about her long career.Well into a career that extends from opera to variety, from film to intimate stage, she created her first recorded album, the prize-winning Intacte.

«Ils n’ont pas volé aussi haut qu’ils l’auraient voulu, mais ils ont volé à l’air libre», se
plaisait à dire Henri Gougaud en faisant le bilan des années cabarets. Mais, quand
on s’appelle Marie-Thérèse Orain, voler à l’air libre signifie passer de la comédie à la
chanson, du lyrique à la variété avec toujours le même enthousiasme, la même
gourmandise et sans jamais sacrifier à la mode, c’est le résultat d’une fabuleuse joie
de vivre et de goûts très éclectiques.
Montée à Paris après ses classes au conservatoire de Nice et avoir remporté le
concours “Voulez-vous faire du cinéma” à Monte Carlo, elle se retrouve dans une
chambre de bonne en demi-sous-sol, seule… mais tellement pleine d’espoir!
Après l’échec d’une première tentative au conservatoire de Paris, et la déception
qui s’ensuivit, elle décide d’aller chez René Simon. “À vingt ans, on est tellement
gamin qu’on ne réalise pas qu’on est en face d’un grand maître. On écoute les
grandes lignes, oui, mais sans vraiment approfondir. Il n’empêche que, bien des
années après, de nombreux détails vous reviennent en mémoire pour vous
rappeler qu’il vous a beaucoup appris”.
Le passage au Cours Simon, les liens qu’elle y noue, renforcés de sa persévérance,
confortent ses envies et entrouvrent peu à peu les portes du théâtre sur des petits
rôles dans lesquels Marie-Thérèse excelle. Sa joie de vivre et son entrain font
merveille, aussi bien auprès du public que de ses collègues de scène. Et il en sera
toujours ainsi. Elle est une battante, et une battante n’abdique jamais, quels que
soient les coups du sort. On avance, on avance, on avance…
Il y avait trois ans que je travaillais avec Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Une
productrice me propose un rôle dans Oscar auprès de Louis de Funès et de Maria
Pacôme. J’accepte immédiatement et me voilà partie pour quatre mois de tournée,
suivis de deux ans au Théâtre de la Porte-Saint-Martin. Ensuite, cette même
productrice monte une comédie musicale dans laquelle elle me confie trois rôles
secondaires à interpréter auprès de Patachou, rôle principal, de Fernand et de
Jackie Sardou. Je me retrouve dans L’Impasse de la fidélité, comédie d’Alexandre
Breffort, auteur d’Irma la douce. Cette comédie musicale me confirme dans des
emplois de petites bonnes délurées et marque mes débuts dans ceux de femmes
de mauvaise vie.
Mais le destin va décider de son retour à la chanson.
Au cours des répétitions d’été de L’Impasse de la fidélité, le metteur en scène Jean-
Pierre Grenier demande à Marie-Thérèse de doubler Patachou (ce qui n’était pas
prévu), cette dernière s’absentant régulièrement pour des galas dans différentes
stations balnéaires. Il s’agit donc pour la comédienne de prendre la place de la tête
d’affiche dans les scènes d’ensemble avec ballet. Puis, un jour, il lui demande aussi
de fredonner les chansons de Patachou. Marie-Thérèse s’exécute et les apprend.
Lors d’un retour inopiné de Patachou, cette dernière écoute sa remplaçante du fond
de la salle et, très étonnée par sa prestation, lui conseille de chercher trois ou quatre
chansons et de venir les lui interpréter chez elle pour savoir s’il n’y aurait pas aussi
une possibilité dans cette voie.
Marie-Thérèse se présente au domicile de Patachou. Le déjeuner terminé, elle
l’écoute en tête-à-tête, son mari ayant été invité à les laisser seules.
«Oui, il te faut continuer, conclut-elle. Je vois très bien le répertoire qui peut te
convenir: le mien… et je vais t’aider.»
C’est ainsi que la vie d’artiste de variétés de Marie-Thérèse va commencer.
Patachou a été formidable,non seulement elle m’a mis le pied à l’étrier, mais c’est
elle qui m’a fait engager dans L’École des vedettes, en me donnant Guy Béart
comme parrain.
Et voilà le temps des premiers cabarets. Un jour, alors qu’elle fréquente le cours de
chant de Christiane Néré, «une chanteuse style Piaf et un professeur formidable»
chez qui elle va rester deux ans, tout en jouant Oscar avec Louis de Funès, un
directeur artistique de Pathé Marconi vient la voir suite à une audition publique. Il lui
promet de parler d’elle à Madame Lebrun, la patronne de L’Échelle de Jacob… Peu
de temps après, il la rappelle pour s’excuserde lui avoir fait une offre de Gascon car
le programme est complet… Pourtant, dix jours plus tard, il la contacte à nouveau en
lui demandant de se présenter le soir même à minuit au cabaret, Madame Lebrun
ayant eu une défection et proposant de la faire passer dans le programme en guise
d’audition.
Quand je suis arrivée à L’Échelle de Jacob, j’étais terrorisée à l’idée de chanter
seule pour la première fois, devant un public réduit ce soir-là à un couple de
personnes très amoureuses que le spectacle ne semblait pas intéresser beaucoup!
Madame Lebrun, prenant pitié de moi, a installé le serveur, la fille du vestiaire et le
personnel au premier rang, histoire de me soutenir un peu… Et ce que j’ai chanté
lui a plu, même si mon répertoire n’avait rien d’intellectuel, contrairement à la
réputation de ceux de la rive gauche, si bien qu’elle m’a gardée sept mois. C’est à
cette époque-là que j’ai rencontré Jacques Debronckart, merveilleux pianiste. Un
vrai coup de foudre artistique qui va déboucher sur des chansons spécialement
écrites pour moi, notamment «La Chanteuse». Jacques traduisait exactement ce
qu’on avait dans la tête: à partir d’une idée suggérée, il faisait du sur-mesure.
C’était un visionnaire. Tous les problèmes de société d’aujourd’hui, il les a chantés
dans les années 1965-70…
Pour s’en sortir pécuniairement – les cachets étant particulièrement maigres – tous
les artistes sont obligés de chanter trois ou quatre chansons chaque soir dans
plusieurs cabarets, parfois jusqu’à quatre. Marie-Thérèse découvre à cette occasion
que sur la rive gauche les artistes s’entraident beaucoup. Cette solidarité fait qu’elle
trouve très vite du travail, à L’École buissonnière, au Port du Salut, à La Grignotière,
à La Méthode, à La Rôtisserie de l’Abbaye, au Caveau de la bolée… ce qui ne
l’empêche pas de faire aussi des incursions sur la rive droite à L’Orée du bois, La
Villa d’Este, La Tête de l’art, Les Frondeurs…
Je chantais seulement depuis trois ou quatre mois, quand j’ai eu la chance d’être
programmée à Bobino. À l’époque, ce qui serait impensable pour un jeune
d’aujourd’hui, on passait une audition avec le pianiste de fonction, généralement un
très bon musicien. Si on plaisait, on était immédiatement engagé dans les
programmes à venir. C’est ainsi que j’ai été retenue pour faire les trois semaines de
décembre1962, incluant les fêtes de fin d’année avec Anne Sylvestre et Les Trois
Ménestrels…
C’est également à ce moment qu’il m’est arrivé une aventure qui a beaucoup
compté pour moi et qui m’a donné le courage de poursuivre envers et contre tout
une carrière qui n’a pas toujours été facile. Un soir à Bobino, un monsieur est venu
me voir dans les coulisses à l’entracte pour me dire: «C’est ma femme qui
m’envoie car elle est très timide. Elle m’a dit: “Elle ira loin, la p’tite” et elle vous fait
dire “de continuer quoi qu’il arrive car le chemin ne sera pas pavé de roses.” Je ne
suis qu’un pauvre garçon de café mais ma femme, elle, elle a l’oeil. Faites-en ce
que vous voudrez…»
Des années plus tard, la p’tite n’a jamais oublié ces mots réconfortants et c’est son
amie Anne Sylvestre à qui elle a raconté cette anecdote qui lui écrit «Va lui dire à la
p’tite» en 2014 pour son nouveau récital.
Quand elle chante à L’Écluse ou à La Galerie 55 au cours des années 1965-66, elle
oriente son répertoire vers une tonalité plus grave. Comédienne avant tout, elle
choisit des textes qui lui tiennent à coeur. La presse la salue alors comme une des
valeurs montantes de la chanson, la comparant tantôt à Marie Dubas, tantôt à Odette
Laure. Gilles Schlesser, dans son livre Le CaBareT “rive gauche” (l’Archipel 2006),
dit de Marie-Thérèse Orain qu’elle est «une grande interprète dont la carrière
perdure quarante ans après ses débuts».
A l’automne 1962, à L’Échelle de Jacob, Marie-Thérèse voit Gribouille se produire
pour la première fois. “Je la sentais mal à l’aise, complètement perturbée, voguant
constamment entre exubérance et dépression. ” Je l’ai prise sous mon aile et l’ai
rassurée du mieux que j’ai pu. Puis nos routes se sont séparées pour se croiser à
nouveau en 1966… Mais son mal de vivre, profondément ancré en elle depuis
l’enfance, n’avait fait que s’accroître malgré sa carrière en devenir, ponctuée déjà de
quelques grands succès comme Mathias, Grenoble ou Elle t’attend, qui auraient pu
la mettre en confiance. Même notre amitié, profonde et pourtant souvent joyeuse,
n’est pas parvenue à venir à bout de ses angoisses. Gribouille finira par trouver la
paix à l’âge de 26 ans après une overdose de barbituriques et seulement cinq ans de
carrière. Nous sommes en janvier1968 et Marie-Thérèse est très meurtrie par ce
départ prématuré.
Mais il faut avancer et il se trouve que Marie-Thérèse, qui avait déjà oeuvré dans la
création de spectacles autour de la chanson, participe, dès février1968, à
l’élaboration d’un projet consacré à Boris Vian. L’initiatrice en est Ève Griliquez,
femme de radio émérite. Le spectacle se joue et s’enregistre au Centre dramatique
d’Aix-en-Provence et France Culture le retransmet. À partir de cette émission
particulièrement réussie, émerge l’idée d’un spectacle, «En avant la zizique»: tout
Vian, ses chansons, mais aussi des extraits de ses chroniques improvisées de jazz
pour la radio, le manuel de Saint-Germain-des-Prés… Le directeur de l’Alliance
française, séduit, propose une salle pour le printemps! Les événements de mai1968
empêchent bien évidemment cette programmation. C’est en octobre que le directeur
de la Gaîté Montparnasse les installe dans son théâtre à 18h30. Alors que le
démarrage est difficile, Robert Kanters, critique de renom à l’Express, vient voir le
spec-tacle et fait un article tellement élogieux que ses confrères se précipitent à leur
tour et que la salle se remplit du jour au lendemain! Après quelques modifications
pour allonger le spectacle, celui-ci se joue à 20h30 à partir de janvier1969 et reste à
l’affiche jusqu’à l’été pour ensuite partir en tournée. Très belle réussite qu’applaudira
Ursula Vian qui, enthousiaste, assure: «C’est la première fois que je retrouve
Boris.»
Alors que Marie-Thérèse Orain commence à avoir un début de notoriété, le show-biz
s’entiche d’une nouvelle génération de chanteurs, les yé-yés qui déferlent sur les
ondes et mettent à mal tous les chanteurs catalogués «rive gauche» dont elle fait
partie. Ceux qui ne composent pas, ne grattent pas une guitare électrique et ne
jouent d’aucun instrument sont balayés comme fétus de paille. Ne résistent alors que
ceux qui ont déjà atteint la célébrité et encore pâtissent-ils eux aussi de cette
déferlante.
C’est l’époque où j’ai beaucoup pleuré. Pour me calmer, j’arpentais les rues de
Paris. Le temps du twist allait-il me réduire au temps du triste et faire de moi une
has-been avant l’heure?
Ce serait mal la connaître. Elle a beaucoup d’amis, Marie-Thérèse, et si elle n’a pas
vu assez tôt le changement arriver, elle peut
compter sur ceux qui l’apprécient aussi bien pour son professionnalisme que pour sa
gentillesse. Parmi eux, Jean-Claude Dauzonne, alors directeur artistique de Bobino,
fait appel à elle en 1973 pour partager l’affiche avec Georges Brassens que la vague
yé-yé n’a pas déstabilisé.
C’est le début d’une grande amitié. Il l’emmène en tournée avec lui et quand il refait
Bobino en 1976, elle est bien sûr à nouveau de la partie.
Quand, en 1980, elle est engagée au Lucernaire pour y donner un récital, tous les
copains sont unanimes pour la féliciter.
Georges Brassens: Vous pensez bien mes chers amis que je
ne vous conseillerais pas d’aller applaudir ma copine Marie-Thérèse Orain si le
dérangement n’en valait pas la peine ! Claude Nougaro: Laissez-moi vous dire mon
admiration pour un talent qui n’emprunte rien au bluff ni aux modes, ne connaissant
que les chemins de l’esprit et du coeur.
Françoise Mallet-Joris: Une voix… Un rire… Deux dimensions qui se complètent. Au
personnage comique, à la chanson drôle, Marie-Thérèse Orain apportera toujours
une note humaine, chaleureuse comme sa voix.
Un jour un coup de fil lui demandant de prendre contact avec Jean-Albert Cartier,
directeur du Théâtre Musical de Paris (l’actuel Théâtre du Châtelet), va changer sa vie.
“Je suis très heureux de vous voir enfin. Je ne vous connais pas, mais
ces jours derniers, quatre personnes différentes m’ont parlé de vous!» lui dit Mr
Cartier qui lui faisait totalement confiance. Grâce à lui, elle jouera par la suite sur des
scènes fabuleuses comme le Grand Théâtre de Genève, à l’époque le plus grand
plateau d’Europe. “Il m’est arrivé avec la scène lyrique ce qui ne s’est jamais produit
dans le théâtre ni dans la chanson. Les directeurs se connaissent et me donnent au
fur et à mesure de jolis rôles. S’il s’agit d’accidents heureux, en tout cas, ils arrivent
au bon moment…” Ce fut le cas pour Nono Nanette au Grand Théâtre de Nancy.
S’ensuivit La Veuve joyeuse, mise en scène par Alfredo Arias, au Châtelet , puis au
Grand Théâtre de Genève, montée par Jérôme Savary.
“J’ai été très heureuse dans le lyrique pendant une vingtaine d’années où j’ai eu la
joie de côtoyer d’immenses artistes. Là, plus on monte haut, plus c’est sympa. La
discipline est très exigeante vocalement pour tous et je pense que chacun respecte
beaucoup le travail de l’autre.”
Et puis, c’est de nouveau la chanson qui la titille, et en 1995, sous l’impulsion de
Christophe Bonzom avec qui elle vient de jouer La Comtesse Dracula en compagnie
de Micheline Dax, elle reprend son répertoire de «chansons bastringues» et refait
du cabaretau Loup du Faubourg, au Café Ailleurs, au Limonaire… Suivra une
rencontre importante: celle de Céline Roulleau, jeune pianiste classique enchantée
par la perspective d’accompagner Marie-Thérèse dans la chanson. Ce sera le début
d’une collaboration fructueuse et d’une amitié qui perdurent aujourd’hui.
En 1998, elle rend hommage à son amie Gribouille. Trois comédiens-chanteurs et un
pianiste suffisent à monter un spectacle que nous jouons successivement au Loup
du Faubourg, au Limonaire, au Théâtre du Renard et au XXe Théâtre.
Un spectacle poignant pour une étoile filante qui s’est éteinte à 26 ans, et que
Françoise Mallet-Joris définissait comme «le désespoir sous sa forme la plus
séduisante, le désespoir qui chante.»
Des expériences comme celle-ci enrichissent une vie d’artiste et quelques années
plus tard, après de nouveaux passages dans quelques cabarets et un festival de voix
de femmes à l’Essaïon en 2003, Marie-Thérèse Orain récidive et, avec la complicité
de Catherine Le Cossec, consacre un spectacle à une grande dame de la chanson
française, Barbara, entre 2003 et 2007.
C’est en 2003, au cours de ces récitals à l’Essaïon que la route de Marie-Thérèse
croise celle de Clémentine Jouffroy, chanteuse et éditrice très impressionnée par le
répertoire et l’interprétation de l’artiste. Quand elles deviennent amies quelques
années plus tard, Clémentine insiste pour qu’elle enregistre «ces trésors de
chansons» que peu de personnes connaissent.
Parallèlement, Yves Jeuland la sollicite en 2011 sur les conseils d’Henri Gougaud
pour qu’elle participe à son film sur les cabarets de la rive gauche: «Il est minuit,
Paris s’éveille».
Le film, diffusé sur Arte fin 2012, rencontre un large public et donne l’occasion à
Marie-Thérèse de rebondir une fois de plus.
Au printemps 2012, Clémentine l’invite à venir chanter cinq chansons dans son
spectacle au Théâtre de l’île Saint-Louis puis à partager la scène de l’Européen à
l’automne 2013 avec elle et de nombreux artistes amis. Le succès renouvelé de
Marie-Thérèse fait entrevoir aux deux amies de belles perspectives et les encourage
à se lancer dans l’aventure de la production. Marie-Thérèse met au point un nouveau
tour de chant fait de chansons de Jacques Debronckart, de chansons de son
répertoire de toujours, de chansons nouvelles dont certaines écrites spécialement
pour elle. Clémentine via Camino Verde, sa société d’édition , commence à travailler
à la réalisation d’un disque, «Intacte», qui sera enregistré en public lors de trois
représentations au Forum Léo-Ferré d’Ivry-sur-Seine.
«Intacte», cet adjectif définit parfaitement Marie-Thérèse Orain quand on sait que
tout au long de sa carrière elle est toujours restée elle-même, a fait de jolies
rencontres et connu de belles amitiés: Bernard Haller, Alex Métayer, Serge Lama,
Anne Sylvestre, Nicole Croisille, les Frères ennemis et tant d’autres… Que ce soit en
tournée, au théâtre ou au music-hall, Marie Thérèse a profité de chaque instant de
sa vie pour s’enrichir d’expériences nouvelles, même s’il n’a pas toujours été facile
de s’imposer dans un monde encore très machiste. Son talent, sa drôlerie et sa
gentillesse ont eu raison de tous les obstacles
Inscrite dans la ligne artistique «rive gauche», il lui a fallu une volonté à toute
épreuve pour résister à la vague des yé-yés. «Le talent, c’est vouloir», affirmait Brel,
un des artistes qui l’ont le plus impressionnée.
Dans le journal virtuel de sa mémoire, figurent aussi Mouloudji, Cora et Michel
Vaucaire, Colette Renard, les années Sevran, La Chance aux chansons, tant
d’autres artistes et tant d’autres émissions…
Ceux qui ont eu la chance de voir Marie-Thérèse Orain récemment vous assureront
sans exception que cette artiste lumineuse a la chanson chevillée au corps et qu’elle
n’a rien perdu de sa flamme d’adolescente. Comme le dit la chanson de Claude
Lemesle et de Patrick Lemaître, elle est «Intacte»!
Magali Déa-Feschotte
d’après une interview de Norbert Gabriel

JeanClaudeOrfali headshot

Il est issu d’une famille de musiciens. Très tôt, son père Elie ORFALI, pianiste compositeur, lui transmet le goût de la musique et lui enseigne les bases du métier. Tout jeune, il prend des cours privés de piano avec Giuseppe PULLI et suit une formation classique au conservatoire avec Herta PAPPO et avec les Royal Schools of London. Il suit également des cours de composition, de chant et une formation de piano jazz et de direction d’orchestre.
Jean-Claude ORFALI débute sa carrière en 1984 avec un groupe de variété puis en solo. Il a exercé son talent sur de nombreuses croisières au cours desquelles il a acquis l’expérience du contact avec un public international.
A paris, et depuis plusieurs années, on a pu l’écouter régulièrement dans les palaces tel que : le George V, le Bristol, le Plaza-Athénée, le Crillon, le Meurice et bien d’autres. Il interprète un répertoire varié de la musique du monde et de standards de jazz ainsi que de la chanson internationale. Il donne quelques concerts dans plusieurs pays du monde.
Depuis 1997, il est le pianiste du Big Band de jazz parisien « BB15 »; il en prend la direction à partir de 2009 et succède ainsi au guitariste et chef d’orchestre Gérard CURBILLON. Avec le BB15 il donne des concerts divers à l’UNESCO, le jardin du Luxembourg, le Champ de mars, le théâtre d’Asnières, le Parc Floral, etc.
Il joue également en petite formation de jazz et accompagne au piano des chanteurs et chanteuses de jazz et de la chanson française.
Il a accompagné au piano la diva mexicaine Maria Felix et joue en présence de stars internationales du show business: « Céline Dion, Lionel Richie, Paul McCartney, Mariah Carey, Quincy Jones, Morgan Freeman, Mel Gibson, Isabelle Adjani, Jean-Michel Jarre, Line Renaud, Ron Wood (Rolling Stones), Johnny Hallyday et bien d’autres.
Il est auteur compositeur, membre de la SACEM.
En 1994 il écrit et réalise la musique et chansons de la pièce de théâtre « Chantez…que Diable » de Monem HUSSEIN donnée au théâtre Clavel à Paris19e, et en 1997 il compose et réalise la musique du court métrage « La Corde – El Habl » de Zaki El NAGGAR primé aux festivals de Bastia et du film des pays du bassin méditerranéen en Grèce.
Jean-Claude ORFALI compose également une musique pour accompagner une exposition du sculpteur et peintre OKASHA en 1995.
En 2005, il compose la musique du spectacle humoristique « Rencontres » de Jacques LIBRATTI donné au théâtre 62 Saint-honoré Paris 1er, avec Michel JOUNIAUX et Jacques LIBRATTI, mise en scène de Robert BAZIL.
Il a eu plusieurs passages Radio: RMC, RFI, MEDITERRANNEE FM ainsi que des passages T.V. : le Cercle de Minuit sur FRANCE 2 avec Philippe LEFAIT dans CAPITAL sur M6, une entrevue sur MEZZO et une entrevue sur ESC Canal Satellite d’Egypte.
Jean-Claude ORFALI aime le cinéma. Il joue le rôle du patron dans La Corde de Zaki El NAGGAR, le rôle de l’ami du peintre dans le Jardin de Khorkom d’Isabelle OUZOUNIAN, le rôle du ministre dans Highlander la série avec Paolo BARZMAN et Adrian PAUL et le rôle de l’attaché culturel dans Le Dernier de Frédéric TELLIER. Il participe à quelques tournages de film comme: Jet Set de Fabien ONTENIENTE, le Fils du Français de Gérard LAUZIER, le Cheval Volé (France 2), Chiens et Chats 3 (Canal+), et Fortunes of War (BBC).
Il joue dans quelques sketches du spectacle « RENCONTRES » de Jacques LIBRATTI

jean-claudeorfali.com

Jacques (James) Protat is a jazz vocalist and researcher. He is an author and composer. www.JacquesProtat.com

His book LE CABARET NEW-YORKAIS : Prolégomènes à l’analyse d’un genre spectaculaire, was published in French in 2018 by l’Harmattan for the Collection Cabaret.
www.jacquesprotat.com
jamesporterjazz
https://www.youtube.com/channel/UC22zxDdQ9AYjdwEUngjHZTQ/featured

MarylineRollet headshot

A resident of Paris, Maryline is a rising star as a singer of jazz, chanson française, bossa nova and samba. She performs all over France.

Marilena was born in Romania. From an early age, she had a special inclination toward the arts, but her true love was singing. As a child, she sang in her village church and school. At 17, she took voice classes in Bucharest and sang in school events, including an appearance on the national television music channel. At 19, her life went in a different direction (marriage, child) and at 36 years old, she emigrated to the United States to pursue her second passion: fashion, creating her own label and boutique Marlena Marée. However, wherever life has taken Marilena, her love for singing was always there and now years later she has decided to sing again, joining various piano bars in Chicago. She is taking classes at Old Town School of Folk Music, coaches with Elizabeth Doyle, and studies song interpretation with Claudia Hommel’s SongShop.

Barb has appeared in shows at Davenport’s, Underground Wonder Bar, and Rosa’s Lounge. She is preparing for an upcoming show at Chief O’Neill’s on September 24th and another show at the Cliff Dwellers on October 13th. Her powerful alto voice is well suited to jazz, blues, and folk music as well as cabaret.

Christian Stalla, auteur, compositeur, interprète, débuta en 1959 dans les cabarets de la rive gauche. Il fut élève du Petit Conservatoire de la chanson de Mireille et se produisit dans de nombreux pays d’Europe et d’Afrique. Après quarante ans de spectacle, il se consacre à la peinture et à l’écriture.


Christian Stalla, author, composer, interpreter, began in 1959 in the cabarets of the Left Bank. He was a student of the Mireille’s Petit Conservatoire de la chanson and performed in many European and African countries. After forty years of performing, he devoted himself to painting and writing. He is editor-in-chief of the more than 78 books of the Collection Cabaret published by l’Harmattan.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=caralogue&obj=collection&no=645

Lydia’s background is primarily in musical theater, although she also enjoys singing folk music, novelty Tin Pan Alley songs and American standards. Her favorite roles include Grandma Tzeitl in Fiddler on the Roof, Mr. Twimble/Wally Womper in How to Succeed in Business without Really Trying, Dot, a Goose, in Honk!, and Yertle the Turtle in Seussical. Her adopted twin sons provide fodder for her blog, Raising Romulus and Remus. Although new to cabaret singing, Lydia has experience onstage telling a story in song.

Rebecca has been teaching adults and kids at the Old Town School of Folk Music since 2004. She has a bachelor’s and a master’s in music from the University of Illinois, and is currently completing a Masters in communication sciences and disorders (speech language pathology) at Northwestern University with a primary interest in voice therapy. Her background as a vocalist is extremely varied, including musical theater, opera and classical solo work, choral work, and popular music. She has also worked as a vocal coach and director for musical and theatrical productions around Chicago. As a voice teacher, Rebecca believes in creating a solid foundation of technique and a firm understanding of how the voice works which can be applied to a variety of musical styles. As a guitarist, her interests and experience runs to old time, folk, country, and rock.

Kat Victoria, founder of SHE (Sisters Helping Elevate the Arts) is a writer, producer, singer-songwriter, recording artist and award-winning actor. Her written productions include: She Works Hard For the Money, All Love, Pearl, Legendary Ladies of Jazz and Swinging in the Holidays. Kat Victoria’s original music can be heard on ITunes, Amazon and her official website katvictoria.com. Kat’s theater background include: The Jackie Wilson Story Touring Company, The Other Cinderella, The Marvin Gaye Story, One Name Only and All In Love Is Fair at the Black Ensemble Theater. Kat is a proud member of APCA, BMI, the Actors Equity Association and Chicago Cabaret Professionals.

Carol sang and learned to play the piano and violin at a very young age. For many years, she’s been a troubadour with guitar in hand, playing in schools and libraries. She’s also been heard at Davenport’s, Cyrano’s, The Jazz Showcase, or playing the piano bar at the Drake Hotel or the Carlton Club at the Ritz. A founding member of the Chicago Cabaret Professionals, she has been able to live her dream of becoming a cabaret singer. She performs Life Is…Snapshots in Song and Thank You for the Music with Arlene Armstrong and Ruth Fuerst.

Back in Chicago

Cappy Kidd

As secretary of the board, Cappy is the go-to person for fund-raising, outreach and logistics for Working In Concert. Cappy is principal of Informed Energy Decisions, an environmental services and engineering consulting firm. As a certified energy manager and independent consultant, he advises commercial and institutional building owners and managers, including supervising LED lighting retrofitting. In recognition of his contributions to improving building energy performance, he was inducted into the Environmental Hall of Fame and received an Energy Star leadership award for work at the Great Lakes Naval Training.

In a city (Chicago) brimming with classic blues and jazz divas, Lynne Jordan stands apart. Not only do her soaring vocals dip into blues, jazz, funk, rock, and even country but her bawdy personality has won over crowds. The late Chicago film critic Roger Ebert declared her his “favorite diva.” Backed by her sizzling band The Shivers, Jordan developed into a Chicago institution, playing jazz and blues clubs, The Chicago Bluesfest, swanky lounges and even the charity circuit throughout the country. She brought her special brand of storytelling, raw humor, and performance to Chicago, New York, and Atlanta with her sold-out show, A Musical Tribute to Nina Simone.
Raised in a family of church-going singers in Dayton, Ohio, Lynne came to Northwestern University to study journalism only to change majors to theater and has been performing nonstop ever since. She has represented Chicago as an Arts Ambassador to Moscow and Kyiv, has graced stages throughout Europe and South America, and was featured in the Jazz Opera, Don’t Worry, Be HaRpy by French composer Isabelle Olivier. The show returned to Paris for a third tour in June 2016. Lynne is currently featured live with the great Corky Siegel Chamber Blues—“an exhilarating experience!” In addition to her two CDs, Lynne is featured on recordings by Tom Waits, Urge Overkill, Toronzo Cannon and several compilations, most notably a tribute to Janis Joplin: Blues Down Deep: Songs of Janis Joplin which also featured Etta James, Otis Clay, Taj Mahal & Koko Taylor.
Singing in any genre or language, Lynne says, “It’s the song and the story that matters.” Stories inspire Lynne and she has gained a solid reputation in the Live Lit (Storytelling) community by performing monologues from her one-woman show: A GREAT BIG DIVA.

CPCx 2018 Roxane headshot

Roxane Assaf-Lynn is a classically-trained mezzo with a taste for the American Songbook. A transition to cabaret singing fueled her creative ardor through the ’90s, and now she uses her skills in journalism and promotion to raise the volume on the musical expressions of other artists, including articles in the Huffington Post and work as promoter and publicist. Born and raised in New Orleans, Roxane comes from a musical family that spans two continents. A university-year in Paris forged a life-long link to people and projects there. Roxane’s recent concentration on social networking, community outreach and media relations combined with her own background in performance makes her a sought-after consultant and artistic collaborator.

Lake House Fundraising Concert, Lake Bluff

Barb Smith, Carol Weston, Elizabeth Doyle, Cappy Kidd, Ava Logan,
Claudia Hommel, Johnny Rodgers, Joanne Rainey